tite_fr


 

  
 logo_right_EA

Close Panel

S'enregistrer

Not a member yet?

In order to access our Vet database, you need to register. Click the 'Create an Account' link above. Registered users can download documents, access the Elephant Hospital publications and contact the veterinary team.

Dimanche, 06 Octobre 2013 07:05

Help us Save Noy!

Written by  Administrator

[Francais en bas de page]

The Story of Noy

playing with mommy

The Elephant Conservation Center is located in Sayaboury, in Northwestern Laos. This area is home for most of the domesticated elephants in the country. It has been chosen to establish the first elephant hospital in Laos, as well as an Eco touristic camp.

5h30 am, a strong trumpeting noise rises in the jungle of the Elephant Conservation Center, it is Noy, the orphaned baby elephant rescued a few months ago. No rooster in here, the guests, staff and veterinary team wake up with the sound of the small elephant, feeding time!

While Emma, the vet on duty prepares the baby breakfast, the sun rises on Nam Thien Lake, enlightening the surrounding mountains and forest. The jungle noises intensify: birds, secalas, other insects start their daily activities. The bottle is ready, the small elephant receives 4 L of soy milk, steamed rice and fruits chunks.

Noy arrived in ECC at the end of May, he is an orphaned elephant, spotted by villagers in a farm, close from Nam Pouy's protected area. Elephants have been poached and Noy has been left alone.

Laos, once country of the million elephants hosts today less than 500 domesticated elephants, and even less wild elephants. Poaching, for ivory and traditional medicine trades, accelerates the programmed Asian elephant extinction. This orphan's rescue has a strong meaning for a country in which the elephant has long been a symbol.

Feedings are all day long, 9 am, 1, 4, 7 and 10 pm. The vet team's work is organized according to the young elephant appetite. He will receive more than 22 L milk and 2 kg steamed rice for one day.

Anabel and Laura, two motivated volunteers help the vets in the daily care of Noy. The schedule is intense: feedings, enclosure cleansing, gathering herbs and plants, bringing him for walks and baths, designing toys and enrichments.

The paradisiac area of the center offers Noy lots of things to discover. Jungle paths to walk and get familiarize with the vegetation, mud to roll in and protect the skin against sunburns and insects, the lake to drink and bath.complicity

Kan, the hospital assistant comes back from the garden, carrying a huge banana tree on his back. Every day, he cuts sugar canes, buffalo grasses and banana trees for Noy. The baby elephant doesn't eat that much greens yet, but offering him a large choice of plants will develop his taste.

Everyone works hard to give this baby elephant all the attention and care he needs to grow up. However, he is still vulnerable. In the wild, elephants stay with their mother around ten years, they can drink milk until they are five years old. They bound to a family group for years, as they are social animals. It is necessary to offer Noy a family. Bounding to one single person would make difficult every separation. In here, five people take daily care of the baby, and tourists can visit him. He is a social and loved baby elephant.

Mae BounNam, our youngest female has a very similar history, she once lost a calf. One day, she came to eat crops too close from a village and was shot, the bullet killed her fetus, and she joined the center to be treated. She is now involved in the center's breeding program. She is in contact with a male, one hour a day in a protected area, to enable mating.

When Noy arrived in ECC, it was obvious that she was the best candidate to become a foster mum. At first, she was quite afraid of Noy, but with time and food as a reward they learned to know each other. She started to be very protective and to interact a lot with him. Noy, who was not interested in the first place, then got closer from Boun Nam teats. No milk of course, but a nice relationship was born.

Since then, every afternoon, visitors can observe their interactions. They can see a lot of tenderness and complicity. Should Boun Nam goes a bit far to eat particularly delicious plants, she would always come back at Noy's first call. This relationship is great for the baby, who learns to communicate with his pairs.

5 pm, Hanna, the volunteer vet takes Noy to the lake for his bath. He lays down in the water, dives, get out covered in weeds, dives again, turns upside down, he seems to be smiling.

In Lao, Noy means « small »; it is the generic name for every baby elephant before the age of three. At three years old, elephants are trained by their future mahout, to respond different cues, in order to work with humans. A shaman organizes this important journey, where the elephant leaves the forest world for the human world. At the end of the training, the young elephant is offered three sugarcanes, on which are written names. The name on the first sugarcane he picks up will be his.relationship

We don't know yet which name will be chosen by Noy. He still has several years to wait before being trained. Several years among people, to love them with all his enthusiasm and generosity. People destroyed his family; people offered him a second chance.

10 pm, night fell hours ago in the ECC, and the jungle noises are still loud. A cry in the night, last feeding and Noy will fall asleep under his shelter for a good rest. The team goes to bed as well, days are long in here, and start early.

Help us make sure Noy has a happier future than his early life. 80% of your donation will go to the elephant hospital at the Elephant Conservation Centre to support the provision of care & food to Noy. The remaining 20% will be allocated to ElefantAsia conservation programmes.

Noy's case is not unique. Destruction of the forests, human elephant conflicts and poaching cause every year the death of many wild elephants. Lots of babies lose their families. In Sri Lanka, Indonesia, Thailand, India, Cambodia and several African countries, elephant orphanages try to help them to become strong and healthy. However, some of them cannot be rescued and some of them are not strong enough to fight for life.

The elephant has always been a special animal. He is impressive by his size, intelligence, patience and slowness. Slow to mate, slow to grow up, he is often left behind in this fast moving world. It is our responsibility to leave him time, before it is too late.

By Emmanuelle Chave, Head Veterinarian, Elephant Conservation Center

Caring and feeding Noy costs the Elephant Hospital 500€ per month. This includes producing 22 liters of milk formula every day (soy milk + vitamins & minerals supplements, rice), maintaining the enclosure and shelter, buying toys and employing 2 full-time volunteers to care and feed him. A 130€ donation will cover these costs for one week.

YOU CAN HELP NOY BY DONATING VIA PAYPAL:

L'Histoire de Noy

playing

L'Eléphant Conservation Center est situé à Sayaboury, au nord-ouest du Laos. Cette région qui abrite la majorité des éléphants domestiques du pays a été choisie pour établir le premier hôpital pour éléphant du Laos, couplé à un centre d'accueil touristique.

5h30, un barrissement sourd retentit dans la jungle de l'Elephant Conservation Center. C'est Noy, l'éléphanteau orphelin recueilli quelques mois plus tôt. Ici pas de coq, le staff, les visiteurs et l'équipe vétérinaire se réveillent au son du petit pachyderme, c'est l'heure de manger.

Alors qu'Emma, la vétérinaire de garde s'affaire à préparer le repas de Noy, le soleil se lève sur le lac Nam Thien, révélant les montagnes et la forêt environnante. Les bruits de la jungle sont déjà très présents, les oiseaux, cigales et autres insectes sortent de leur torpeur. Le biberon est prêt, le petit éléphant reçoit 4 L de lait de soja, du riz blanc et des morceaux de fruits.

Noy est arrivé à l'ECC fin mai, c'est un éléphant orphelin, repéré par des villageois dans une ferme à la frontière de la zone protégée de Nam Pouy. Un groupe d'éléphants sauvage a été braconné, et Noy s'est retrouvé seul.walking together

Le Laos, autrefois pays du million d'éléphants compte aujourd'hui moins de 500 éléphants domestiques, et encore moins d'éléphants sauvages. Le braconnage, qui alimente le marché de l'ivoire et des médecines traditionnelles des pays voisins, continue d'accélérer la disparition annoncée de l'Eléphant d'Asie. Le sauvetage de cet orphelin est un symbole important pour un pays dont l'éléphant a longtemps été l'emblème.

Les nourrissages s'enchainent au cours de la journée, 9h, 13h, 16h, 19h et 22h. Le travail de l'équipe vétérinaire est rythmé par l'appétit du jeune éléphant. Au total, c'est plus de 22 L de lait et 2 kg de riz pour une journée.

Anabel et Laura, deux volontaires très motivées assistent les vétérinaires pour les soins au bébé. Le planning est serré, nourrissages, nettoyage de l'enclos, préparation d'un assortiment de plantes, herbes, et riz blanc, balades et baignades, fabrication de jouets et d'enrichissements.

Le cadre idyllique du centre offre à Noy une large palette de choses à découvrir. Les chemins en forêts pour se balader et se familiariser avec la végétation, la boue pour se rouler dedans et s'en enduire le corps comme couche protectrice, le lac pour boire et se baigner.

Kan, l'assistant de l'hôpital revient du jardin, un gros bananier sur le dos. Chaque jour, il s'occupe de ramasser cannes à sucres, herbes à buffle et bananiers pour Noy. L'éléphanteau ne mange pas encore beaucoup de végétaux, mais c'est en lui proposant une grande variété de plantes qu'il apprendra à sélectionner les meilleures en forêt.

Tout le monde s'affaire pour apporter à cet éléphanteau l'attention et les soins nécessaires à sa croissance. Il reste néanmoins fragile. Dans la nature, un éléphanteau reste auprès de sa mère une dizaine d'années, il peut téter jusqu'à l'âge de cinq ans. Animal social, il s'attache à un groupe familial pour de très longues années. Il est important de reconstituer une famille en laquelle il puisse avoir confiance. Un attachement à un seul individu rendrait très difficile toute séparation. Ici, cinq personnes s'occupent de Noy quotidiennement et les touristes peuvent lui rendre visite. C'est un petit éléphant très sociable et choyé.

La plus jeune femelle du centre, Mae BounNam, a une histoire étrangement similaire à celle de Noy, elle a perdu un bébé autrefois. Un jour qu'elle était venue manger les cultures trop près d'un village, elle a reçu un coup de fusil au ventre, Elle a perdu son bébé et rejoint le centre pour être soignée. Depuis elle participe au programme de reproduction de l'ECC. Elle est en contact avec un mâle quotidiennement dans une zone réservée, pour leur laisser l'occasion de se reproduire.

Lorsque Noy est arrivé au centre, l'idée de le mettre en contact avec Mae BounNam s'est imposée d'elle-même. Les premières rencontres ont été timides, mais avec un peu de patience et de nourriture en récompense, le rapprochement s'est effectué. La mère adoptive a commencé à protéger Noy et à beaucoup interagir avec lui. Un jour, le bébé, jusque-là indifférent, s'est rapproché de la mamelle de BounNam, pour téter. Pas de lait bien sûr, mais un joli début de relation est né.in the mud

Depuis, tous les après-midis les visiteurs peuvent observer la mise en contact de ces deux rescapés. On y voit beaucoup d'attention et de complicité. Si Mae BounNam s'éloigne parfois pour manger quelques fruits ou pousses particulièrement irrésistibles, un seul cri de Noy suffit à la ramener auprès de lui. Cette relation est très bénéfique au développement de l'éléphanteau, elle sera le ciment d'une vie sociale équilibrée. Grâce à cette maman adoptive, Noy apprend le langage des siens.

17h, Hanna, la vétérinaire volontaire emmène Noy au lac pour son bain. Il se couche dans l'eau de tout son long, plonge, ressort la tête recouverte d'algues, replonge, se tourne et se retourne, on dirait même qu'il sourit.

En Lao, Noy signifie « petit », c'est le nom donné à tous les éléphanteaux avant l'âge de trois ans. A cet âge, ils sont « dressés », entrainés par leur futur cornac à répondre aux commandes qui leur permettront de travailler avec l'homme. Un chamane accompagne ce rite initiatique où l'éléphant passe du monde de la forêt au monde des hommes. A la fin de cette période, on lui présente trois cannes à sucres où sont inscrits des noms. Le nom inscrit sur la première canne choisie par l'éléphant sera le sien.

On ne sait pas encore quel nom sera choisi par Noy, il reste encore plusieurs années avant que l'éléphanteau soit en âge d'être entrainé. Plusieurs années au sein de cette nouvelle famille d'humains, à aimer les hommes avec tout son enthousiasme et sa générosité. Des hommes ont détruit sa famille, des hommes lui en ont offert une autre.

22h, la nuit est tombée depuis longtemps sur l'ECC, mais les bruits de la jungle n'ont pas cessé, un barrissement retentit, dernier biberon et Noy se couche sous son abri pour une bonne nuit de sommeil. L'équipe fait de même, ici, les journées sont longues et commencent tôt.

Aidez-nous à assurer à Noy un avenir plus joyeux que son début de vie. Votre don sera reversé à 80% à l'hôpital des éléphants du Centre de Conservation des Eléphants pour la prise en charge des soins, de l'encadrement et de la nourriture de Noy. Les 20% restants seront affectés aux programmes de conservation de l'association ElefantAsia.

Le cas de Noy n'est pas isolé. La déforestation, les conflits hommes éléphants et le braconnage causent chaque année des pertes importantes dans les populations d'éléphants sauvages. De nombreux éléphanteaux se retrouvent orphelins. Au Sri Lanka, en Indonésie, Thaïlande, Inde, Cambodge et dans plusieurs pays africains, des structures d'accueil tentent de les accompagner jusqu'à l'âge adulte. Certains n'ont pas la chance d'être recueillis, certains n'ont pas la force de continuer.

L'éléphant a toujours été un animal à part. Impressionnant de par sa taille, son intelligence, sa patience, sa lenteur. Lent à se reproduire, lent à grandir. Dans un monde qui va de plus en plus vite, il est souvent malmené. Il ne tient qu'à nous de lui laisser le temps, avant qu'il ne soit trop tard.

par Emmanuelle Chave, Chef Vétérinaire, Centre de Conservation de l'Eléphant

Soigner et nourrir Noy coûte environ 500 € par mois à l'hôpital des éléphants . Ce coût comprend la production de 22 litres de lait maternisé par jour (lait de soja + vitamines et suppléments minéraux, riz), la maintenance de l'enclos et de l'abri, l'achat de jouets et l'emploi de 2 volontaires à temps plein pour s'occuper de lui et le nourrir. Un don de 130 € couvrira ces frais pendant une semaine.

VOUS POUVEZ NOUS AIDER A SAUVER NOY EN FAISANT UN DON VIA PAYPAL:


noy eating banana treevet emma and noy
Last modified on Mardi, 15 Octobre 2013 08:44
Login to post comments